L’agriculture paysanne, qu’est-ce que c’est ?

img_20151013_105916L’agriculture paysanne se définit comme une alternative au développement agricole industriel et productiviste en place depuis près d’un ½ siècle, basé sur l’unique fonction de production de l’agriculture.

Les conséquences néfastes de ce développement ont montré qu’il n’était ni pérenne ni généralisable à l’ensemble de la planète : intensification et concentration des exploitations agricoles, diminution dramatique du nombre d’actifs agricoles, déséquilibres territoriaux (notamment ville/campagne, dévitalisation des territoires ruraux…), disparités de revenu (localement et à l’échelle planétaire), exclusion économique et sociale, dégradation des milieux (destruction du sol, pollution des eaux, des paysages…) et épuisement des ressources non renouvelables…

Conséquences aux coûts supportés par la société, et, paradoxalement, soutenues par les citoyens à travers un volume croissant d’aides publiques, ou laissées à la charge des générations futures.

L’agriculture paysanne se construit en réponse aux besoins de la société, elle doit remplir l’ensemble des fonctions qui émanent de la demande sociale, c’est une condition essentielle pour qu’elle soit pleinement citoyenne. L’agriculture paysanne est donc multifonctionnelle, et doit répondre à des attentes plus larges que la simple production de denrées alimentaires, en intégrant des questions telles que la qualité des produits, la vie rurale, le cadre de vie, l’énergie, le chômage…, préoccupations qui évoluent en même temps que la société change, même si certaines exigences de base restent permanentes.